Vignette Collection : le Sénat est pour !

 

Tout juste adoptée par le Sénat, la « vignette collection » permettra aux propriétaires de voitures anciennes de rouler même dans les ZFE.

Cela faisait un bon bout de temps que nous n’avions pas entendu une vraie bonne nouvelle dans le monde de l’automobile. Entre le malus écologique qui ne cesse de se durcir, la fin annoncée des  moteurs thermiques dans les années à venir et les différentes restrictions de circulation, il ne fait pas bon être un passionné de

voitures en ce moment. Et pourtant, voilà qu’une petite lueur d’espoir renaît, entre toutes ces mauvaises nouvelles et dans un contexte pour le moins morose. Et cette fois-ci, ce sont les propriétaires de voitures de collection qui devraient être ravis, alors que le Sénat a bel et bien adopté la proposition de loi visant à créer une « vignette collection ». Concrètement, il s’agit d’un moyen d’identifier les véhicules historiques afin de leur permettre de circuler librement, et ce même dans les Zones à Faibles Emissions (ZFE). Mais si le texte a bel et bien été adopté à main levée en première lecture, il a néanmoins assez peu de chances de passer l’étape de l’Assemblée Nationale, alors que le gouvernement lui est de son côté plutôt défavorable.

Jean-Baptiste Djebbari, ministre chargé des transports a de son côté affirmé travaillé aux côtés de la FFVE (Fédération Française des Véhicules d’Epoque), afin de donner une définition plus précise du terme « voiture de collection ». Car pas question que tous les véhicules anciens ne profitent de cette dérogation, qui devrait sans doute être réservée à ceux étant en bon état général, et ayant un certain âge. Cette vignette ne sera t-elle attribuée qu’aux voitures ayant une carte grise collection ? Pour l’heure, les modalités ne sont pas encore connues, mais sans doute est-ce une piste envisagée. Quoi qu’il en soit, l’AFP souligne que le gouvernement souhaite « préserver » ces véhicules afin qu’ils puissent toujours circuler librement, alors que le ministre a ajouté que que les ZFE « prévoient toutes les dérogations ». Une situation qui pourrait ne pas durer éternellement, inquiétant alors Jean-Pierre Moga, à l’origine de cette proposition de loi, qui entend bien défendre un « patrimoine industriel ».

Une mesure contestée

Par ailleurs, Jean-Pierre Moga tient à remettre les pendules à l’heure face aux détracteurs de cette propositions, qui la jugent élitistes. Le sénateur affirme en effet que la passion des véhicules anciens est actuellement partagée par plus de 250 000 collectionneurs, et que tous les véhicules peuvent être concernés, citant alors l’exemple de la « 4 CV Renault », à prix « modique ». De son côté, Gérard Longuet, sénateur LR plaide en faveur d’un cadre législatif, « afin que ce passé si riche ait un avenir, car si ces véhicules ne peuvent rouler, ce patrimoine s’étiolera avant de disparaître […] les véhicules de collection ne peuvent pas respecter les normes « Crit’Air« , par conséquent, le risque est grand qu’ils soient interdits de circulation ». Enfin, Jean-Claude Requier (RDSE à majorité radicale) souligne de son côté l’absurdité des ZFE, contraignant les automobilistes à changer de voiture ou à trouver une autre manière de se déplacer « n’oublions pas que certains de nos concitoyens ne peuvent plus prendre une voiture, trop polluante, pour aller travailler ».

Mais bien sûr, cette décision a également son lot de détracteurs, et parmi eux l’écologiste Jacques Fernique, qui compare cette vignette avec le modèle allemand, mieux pensé. Pour lui, il est « possible de bien cadrer, sans créer d’effet d’aubaine, et par là de concilier lutte contre la pollution et maintien d’une culture populaire […] Malheureusement, cette proposition de loi n’emprunte pas la bonne voie ». Quoi qu’il en soit, il faudra encore attendre le passage de cette proposition de loi devant l’Assemblée Nationale avant que les collectionneurs puissent crier victoire, ce qui est encore loin d’être gagné…

PUBLIÉ LE 12 MARS 2021 PAR MARIE LIZAK / AUTO-MOTO MAGAZINE